Les newsletters reviennent en force : pourquoi et comment les utiliser ?

Fidélisation

La newsletter se différencie d’un emailing par deux critères principaux :

– elle est régulière : tous les jours, semaines, mois

– elle est concentrée sur le contenu, et non sur une promotion.

Les newsletters ont été beaucoup utilisées par les médias, puis un peu oubliées alors qu’il fallait alimenter en contenu les réseaux sociaux en pleine expansion. Les médias redécouvrent aujourd’hui leurs vertus en comparaison des réseaux sociaux dont ils deviennent (trop) dépendants. De la très spécialisée mediacademie.org (sur l’actualité du numérique et du journalisme) en allant à brief.me, une newsletter quotidienne sur l’actualité au sens large, sans oublier celles des médias plus traditionnels, les newsletters ont à nouveau la côte.

Quel intérêt pour un commerçant de faire une newsletter et comment mettre en place sa stratégie newsletter ?

Pourquoi faire une newsletter ?

Outre la qualité de vos produits ou prestations, communiquer auprès de vos clients, prospects, fournisseurs, confrères voire concurrents est une tâche importante dans la réussite de votre entreprise.

La première motivation d’une newsletter est de vouloir créer une relation régulière avec vos publics. Sans cette volonté, le contenu de la newsletter reste peu engageant : les retours des abonnés seront faibles.

Faire une newsletter aidera également à  constituer une base d’adresses email. Certains clients jusqu’ici peu enclins à vous donner leur email peuvent ainsi se laisser convaincre par la promesse de trouver dans votre newsletter des conseils d’utilisations de vos produits.

Troisième motivation, dans la foulée de la précédente : vous pouvez contacter vos clients indépendamment de tout autre service. Facebook, par exemple, a un important défaut : son algorithme ne montre vos messages qu’à une petite partie des personnes qui ont « liké » votre page… sauf si vous y achetez de la publicité.  

Une newsletter permet aussi de communiquer auprès d’une population qui n’est pas sur Facebook par exemple. Il y a 55 millions d’internautes en France, dont 30 millions sur Facebook. Il en reste 25 millions à aller chercher.

Quels contenus pour faire une newsletter ?

A la différence de l’emailing qui a une connotation marketing très forte, et qui sert par exemple à pousser une promotion ou une opération spéciale, on s’abonne à une newsletter parce que l’on pense y trouver un contenu intéressant à caractère purement informatif.

Dans l’exemple de notre restaurateur de Salon de Provence, il pourrait proposer une recette (facile !) par semaine. La périodicité de sa newsletter peut être hebdo – « La recette de la semaine » – ou mensuelle – « Quatre recettes pour le mois prochain, en fonction des légumes de saison » par exemple.

Le plus important est de raconter une histoire, de montrer que vous n’êtes pas là pour vendre absolument mais bien pour apporter du contenu de qualité. Sans jeu de mots avec l’exemple du restaurant : ouvrez votre arrière cuisine. L’écriture peut être simple, personne ne vous reprochera un français de base. Par contre les outils de correction permettent aujourd’hui de limiter les fautes d’orthographe, toujours pénalisantes.

Les éléments d’une newsletter sont sensiblement les mêmes que ceux d’un emailing : parmi nos 5 conseils pour optimiser le contenu d’un bon emailing, mettez de côté le point 4, sur la nécessité de faire court.

Les longueurs d’une newsletter sont évidemment variables, entre un média qui déborde d’articles tous les jours et un commerçant dont ce n’est pas le métier. Peu importe, mais soyez concentré sur la qualité de votre contenu.

Penser “histoire” n’empêche pas d’inclure à la fin de la newsletter un petit encart “Pour la Saint Valentin, n’oubliez pas de réserver !”. Si le coeur d’une newsletter est le contenu, profitez de ce moment pour y intégrer des messages à caractère promotionnel ou plus informatif sur votre activité.

A quel rythme l’envoyer ?

Tout dépend de votre activité, de votre capacité à produire du contenu intéressant. Si faire une newsletter par mois vous parait trop, ne vous lancez pas.

A l’inverse, une newsletter quotidienne peut paraitre trop pour des lecteurs déjà largement sollicités par ailleurs – sauf à y proposer un contenu de qualité exceptionnel !

La règle, c’est de l’envoyer quand vous avez suffisamment de choses à raconter. Vous êtes restaurateur et proposez du contenu sur votre page Facebook comme Mathias Pérès, chef de la table du Roy à Salon de Provence ? Vous tenez votre newsletter ! Il n’est pas nécessaire, en tout cas dans un premier temps, d’imaginer de nouveaux contenus, différents de ceux que vous publiez déjà par ailleurs.

Il suffit de les rassembler dans une newsletter tous les quinze jours par exemple : et voilà !

 

L’abonnement à une newsletter c’est comme l’abonnement à un (bon) journal : on est content quand il est dans la boite aux lettres. Votre objectif est de réussir à développer ce sentiment !

 

Visuel /Droits d’auteur : Lesia_G

Mots clés